Villejean s’éveille…

Un thé marocain à l’Infini’TeaOh joie ! Oh bonheur ! Céleste sublime félicité ! Mon quartier s’éveille enfin !

Ce constat, je ne le fais qu’à l’aune du renouveau d’activité (notamment commerciale) de la Dalle Kennedy, alors que nombre d’associations, la maison de quartier ainsi que le centre social y sont très actifs depuis des années. Cependant, ce coin de Rennes, je n’ai jamais eu vraiment envie de m’y attarder.

J’habite Villejean depuis 2000 (moins une petite année en Suisse et deux au centre ville de Rennes), j’ai passé quelques années à l’université Rennes II et j’ai pris quelques cours à l’association d’espéranto qui se trouve dans le quartier. Mais je n’ai jamais vraiment aimé y vivre. Cela est entrain de changer. Le fait que j’y travaille maintenant à temps partiel depuis juillet 2007 contribue à ce changement de point de vue.

En même temps, ce n’est pas faute d’essayer de l’aimer cet endroit ! Mais les commerçants du quartier, à quelques petites exceptions près, tirent la tronche du matin au soir. Boulangeries, cafés et bureau de tabac, pas un sourire. Jamais.

Heureusement, quelques nouvelles têtes, et d’anciennes aussi, ils ne sont pas tous dépressifs, mettent du baume au cœur de Villejean : Le cybercafé/photocopie de la Dalle, le pressing, les buralistes du Cour Kennedy (ils ne vendent pas de tabac) et les derniers arrivés, l’Infini’Tea, salon de thé/snack/cybercafé (aussi !). Que du bonheur ! 🙂

J’ai passé une petite demie-heure à l’Infini’Tea ce soir (un vendredi soir APRÈS 19h00, à Villejean, dans un bar !), à siroter un thé à la menthe en lisant mon Le Monde spécial Municipales/Rennes. Après avoir entendu parler de cet endroit par mon amie, puis par l’Info Métroplole (le mensuel de la communauté de communes du bassin rennais), et enfin par un voisin, j’y suis enfin allé, seulement pour en reprendre une couche dans mon journal. En effet, Yacine, Mehdir et Sylvain, les créateurs d’Infini’Tea, ont droit à deux paragraphes dans l’article consacré à Villejean. Ils n’ont ouverts qu’il y a trois semaines et ils sont déjà dans un quotidien national, la classe (internationale comme dirait JM) !

Côté infos pratiques : Infini’Tea, dalle Kennedy (derrière la boulangerie, en face des pots de fleurs géants), 0663079910

Hourra mon quartier !

Christmas Carols? Anywhere?

Quand j’étais môme, à la période de Noël, avec ma mère et mes soeurs, on écoutait toujours la même cassette. Des versions instrumentales de Christmas Carols dont on avait les paroles dans un bouquin. Depuis, on a malheureusement perdu la cassette en question.

Depuis quelques années, je me dis à chaque Noël que je vais m’acheter un disque de Carols mais je ne le fais jamais. Alors hier, je suis allé chez le seul disquaire indépendant de Rennes, Rennes Musique pour ne pas les nommer, pour voir s’ils avaient ça. L’accueil y est lamentable. Si tu ne causes pas en termes de labels, de groupes obscurs de spécialistes, en gros si tu es un client lambda, le conseil est inexistant. Le rayon Noël contient 10 références en tout et pour tout. Et, pardonnez-moi, Adeste Fideles par les Petits Chanteurs à la Croix de Bois et Petit Papa Noël par Tino Rossi sont loin de représenter le haut du panier dans mon Top 10 chansons de Noël.

Après avoir été ignoré par un vendeur en rayon, je me suis adressé aux caissiers, et patrons, du magasin. Le ton « j’en ai rien à battre de tes conneries » m’a fait comprendre pourquoi les clients préfèrent aller dans les grandes enseignes dans les rayons desquels, s’ils ne trouvent pas exactement ce qu’ils veulent, ils peuvent tout de même acquérir quelque chose d’approchant, grâce à la masse de cds en vente. De plus, les grands magasins en question, Virgin et Fnac en l’occurence, ont saisi le truc et mettent maintenant des vendeurs plus ou moins connaisseurs dans leurs rayons.

Résolu à ne pas m’approcher de ces bradeurs de culture « vu sur MTV », j’ai fait un tour chez O’CD. Accueil identique. « Ouais, j’ai des disques de Noël. Ils sont par là, je les déballe demain. Quoi ? Des chants de Noël anglais ? Je n’en sais rien. »

De dieu de dieu !!! J’ai la haine.

Màj. :Après avoir, en dernier recours, rendu visite à un magasin de produits anglais (type mugs, thés et autres calendriers Beatrix Potter), et avoir été déçu une fois encore, j’ai fini par me pointer au Megastore où j’ai trouvé un compilation 4 CDs (Christmas Crooners, Christmas Carols, Kid’s Christmas et Classical Christmas). J’en suis très satisfait mais j’aurais préferé la trouver ailleurs. Reste que mon bonheur auditif est intense.

CyTo News

Histoire de poster un peu quand même je viens raconter un peu ma vie.

En ce moment, je fais des extras dans des restaurants, plutôt des crêperies, d’ailleurs. Après une semaine sympa dans une crêperie au décor contemporain, plus IKEA que mamie Soazig si vous voulez, je suis maintenant, et jusqu’à fin juin dans une crêperie-pizzeria-saladerie tout aussi sympa puisque le décor y est du même genre. Globalement, ça se passe bien. Le patron reste super gentil alors que j’enchaîne les gaffes. Et hop, je glisse et explose une bouteille de pili-pili sur le sol. Et hop, je me vautre dans l’escalier et rattrape une galette à même mon tee-shirt. Bonheur ! 🙂

Côté loisirs filmiques, je suis allé voir Chromophobia, Silent Hill et X-Men III. Dans l’ordre : très bien, bien et peut mieux faire.
Au coin lecture, je me plonge dans Le Pistolero, Les Robots et je relis Le crepuscule de Briareus.

A plus.

Origami à Rennes ?

En tombant sur la nouvelle collection de fiches Atlas sur l’origami que ma mère a commandée, je me suis dit que j’aimerais bien m’y remettre. Cependant, à plusieurs c’est plus sympa.

Je cherche donc des personnes intéressées par l’idée de se retrouver périodiquement à Rennes, une ou deux fois par mois, pour pratiquer l’origami. Dans un bar ou chez quelqu’un, par exemple chez moi, n’est-ce pas, y’a pas de raison, un jour fixe, ou pas.

Je dispose moi-même d’une petite collection de livres d’origami pour tous les niveaux, vraiment tous, du débutant au gourou, et d’une bonne adresse pour abtenir du papier d’origami de bonne qualité à pas cher, même si on peut plier avec un peu n’importe quel papier, du moins en général.

Si ça vous intéresse, laissez un commentaire avec une adresse courriel valide afin qu’on mette ça en place.

Flop d’artifice.

Hier soir, c’était le pompon. J’ai donc vu le feu d’artifice depuis Rennes. Nous sommes partis à trois depuis chez un ami qui habite près du centre-ville. Nous nous sommes dirigés vers la place de la République, place de laquelle les navettes vers le lieu du feu d’artifice partaient. Bien mal nous en a pris. Les navettes étaient payantes. La ville dépense des mille et des cents pour un feu d’artifice et elle n’est pas capable de payer un forfait navette pour ses habitants. Lamentable. Donc, ça commençait mal. Nous avons rejoint le lieu des festivités à pied. Il ne faisait pas froid donc ce n’était pas trop gênant.

Et là, là, j’ai failli m’énerver. Donc, récapitulons : Le 14 juillet ainsi que son feu d’artifice, en France, commémorent la victoire de la bourgeoisie sur la noblesse en 1789, si je ne me trompe ? Alors pourquoi, POURQUOI les musiques de ce PUT*** de feu d’artifice de mes COUI**** étaient-elles donc toutes en rapport avec le débarquement de 1944 ? POURQUOI ? Et hop, un extrait du discours de De Gaulle, zou, une chanson sur les 23 fusillés de je ne sais plus ni où ni quand ni pourquoi (chanson très belle au demeurant). La Marseillaise en version instrumentale, bien que je ne l’aime pas, ça passe, évidemment. Mais non d’un chien, le débarquement, c’était au XXè siècle, bordel !

Ben sinon, le feu d’artifice était laid, mal orchestré, pas intéressant, rien. Il faut dire que mon dernier souvenir de feu d’artifice remonte à 3 ou 4 ans à Genève. Le feu d’artifice de Genève (le 1er août), c’est un concours avec 3 artificiers dont deux invités. L’année où je l’ai vu, un des invités était la Chine. CQFD.

De dieu, je suis remonté là.

A part ça, avant d’aller voir le… truc, avec les pôtes on a vaguement regardé une émission sur les pompiers du GREP à Paris. Moi qui n’aime pas la discipline et l’uniforme, pour le coup rien à dire sur ces gars. Pros, efficaces. Et en plus ils ont le sens de l’humour. Pas de problème. Par contre, l’émission se terminait sur le bal des pompiers. Alors là, Dj Jean-Jean aux platines, ça dépote sa maman grave. Cependant, le pire, ce sont les adolescentes interviewées qui disaient toutes « oh ils font un beau métier, oh ils sont beaux, oh je m’en ferais bien un ». Mais si elle se mettaient avec un pompier, ces petites pouffes, elles tiendraient pas deux ans. « Mais pourquoi tu dois te lever à 3 heures du mat’ ? Mais pourquoi tu t’occupes pas plus de moi et des enfants ? Et pourquoi tu fais ce boulot ? Tu veux pas changer ? ». « Parce que je sauve des vies, connasse ! ».

Bordée de liens.

Une news pour ma blogmum Ute : Après une mini série télévisée et un long-métrage annoncé, le livre Nerverwhere de Neil Gaiman va aussi connaître une adaptation en comic book chez DC. Je les attend au tournant. 🙂

Une horde de Supermen, c’est laid. La preuve. Reste que le plus sympathique est celui sur la dernière photo. 🙂

Envoyer un courriel dans le futur est maintenant possible, grâce à FutureMe. Tapez votre message, choisissez une date de réception et envoyez. Si c’est pas beau la vie.

Bon, j’avoue, les liens ci-dessus me sont tous tombés droit dans le bec grâce à la mailing-list des fans de SF à Rennes. D’ailleurs ben tiens, pub ! Les Mercredis Rennais de la SF sont un évènement mensuel. Cela se passe chaque deuxième mercredi (Trop puissant !) du mois (Parce que des fois, et ben y a plusieurs deuxièmes mercredis dans un seul mois, si, si !) à Rennes (Extraodinaire !). Pour tout renseignement, envoyez un courriel à la liste dont vous trouverez l’adresse là : http://fr.groups.yahoo.com/group/sf-rennes/

http://www.liensutiles.org/

Journalisme associatif…

Logo Nessweek Je suis arrivé avec deux heures de retard à l’assemblée générale de l’association étudiante dont je suis membre mais j’ai quand même décroché le poste de nouveau responsable du journal de l’asso, NessWeek. Etant donné que la SMEBA, qui nous offrait l’impression en échange d’une page de pub, a décidé de ne plus financer ce type de projet, j’ai proposé de faire un e-zine. A voir…

Tu du du ! « Le petit ange de la créativité et de l’imagination journalistique est demandé au local de l’association NESS, merci. » Tu du du !

BRAINSTOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOORM !